Aller au menu

Voir le poêle

(choisissez dans la liste ci-dessous)

Article principal

Trois siècles d’innovations
dans les poêles à bois

1. Image d'une boîte de poêle de la fonderie Saint-Maurice

1. Une boîte de poêle de la fonderie
Saint-Maurice. Cliquez sur l’image pour
plus d’informations.


Vous serez sans doute surpris de l’apprendre, mais jusqu’à il y a environ 300 ans, on n’avait presque jamais entendu parler des poêles en fonte au Canada. Les familles cuisinaient et se chauffaient avec des foyers ou des feux à ciel ouvert, et les quelques poêles qui étaient disponibles arrivaient d’Europe après la traversée de l’Atlantique par voiliers. En 1741, il y a eu un début de changement quand une fonderie de fonte, à Saint-Maurice, près de Trois-Rivières, au Québec, a commencé à produire des poêles fabriqués au Canada. Avec le temps, quelques-uns des poêles des Forges du Saint-Maurice sont devenus si réputés qu’au moins une fonderie en Écosse a commencé à produire un poêle « canadien ».

Toutefois, les premiers poêles fabriqués au Canada n’étaient pas si uniques. À Saint-Maurice, on a commencé avec des designs européens de poêles en forme de boîte – le poêle de cinq plaques ou « jamb » fabriqué en Allemagne et le modèle « fermé », surnommé plus tard le « six plaques ». On les appelait poêles à plaques parce qu’ils étaient assemblés avec des plaques de fonte plates maintenues ensemble par des tiges. Le poêle à cinq plaques était ouvert à l’arrière parce qu’il était conçu pour être installé dans le mur adossé à un foyer dans la pièce voisine. Le modèle à six plaques était fermé tout autour et pouvait ainsi être autoportant. La plaque du fond du poêle était plus longue que le reste de telle sorte qu’elle ressortait vers l’avant, fournissant ainsi un plateau pour ramasser la cendre au moment du nettoyage.

2. Image d'un poêle Franklin de la Nouvelle-Écosse

2. Poêle Franklin de la Nouvelle-
Écosse. Cliquez sur l’image pour plus
d’informations.


La fabrication de poêle a pris son essor aussi dans les colonies américaines, particulièrement en Pennsylvanie. Un homme a été à l’avant-garde : Benjamin Franklin, un politicien, un écrivain et un inventeur. Son « foyer de la Pennsylvanie » était un foyer « ouvert », une boîte de foyer en fonte qui était ouverte à l’avant et conçue pour s’encastrer dans un foyer existant afin de pouvoir utiliser le conduit de fumée. Franklin n’a jamais demandé un brevet pour sa conception; toutefois, les poêles qui ont depuis été inspirés par ce concept ont porté son nom, peu importe les personnes qui l’ont amélioré par la suite, y compris les fonderies canadiennes.

Le poêle à plaques le plus populaire des années 1700 était celui qui comprenait 10 plaques (les quatre plaques supplémentaires formaient un four, qui reposait sur le dessus de la boîte du foyer). Dans certains milieux, on le considère comme le « grand-père » de tous les fourneaux.

Un autre poêle, conçu à la même époque que le modèle à 10 plaques, dans les années 1760, était le poêle Cannon, que beaucoup considèrent l’ancêtre de la truie (brasero) que nous associons au Far West.

3. Dessin du foyer de style truie de Gurney Van avec un four

3. Poêle de style truie avec un four comme
accessoire. Cliquez sur l’image pour plus
d’informations.


Comme la fonte est devenue plus abondante et que les techniques pour la produire se sont améliorées, les dessins de foyers sont devenus plus élaborés. Grâce à une technique devenue plus accessible pour fabriquer la fonte appelée « moulage », les composantes du foyer ont pu être courbes, comme c’était le cas avec le poêle Cannon, et pouvaient avoir des parties en relief des deux côtés. Cette innovation a conduit à plus de décoration élaborée sur les foyers extérieurs et à des systèmes de circulation d’air plus complexes à l’intérieur.

Les demandes des consommateurs pour des poêles qui ont fière allure dans leurs maisons ont aussi dicté l’évolution des foyers. Dans les années 1800, les cuisinières sont devenues de plus en plus sophistiquées, une tendance qui a atteint son point culminant avec les appareils dont la tâche se réduisait à la « cuisson ». Des poêles à la mode avec des colonnes classiques et une imposante décoration étaient construits pour le salon, où les invités pouvaient se rassembler. D’autres poêles avaient des formes uniques pour s’adapter à des alcôves construites dans les murs des chambres, et encore un autre type était spécialement adapté pour chauffer deux pièces au lieu d’une seule. Des poêles étaient aussi construits pour des fonctions particulières : des poêles pour la blanchisserie et d’autres pour le tailleur offraient un espace où les fers pouvaient être chauffés; de petits poêles ont été fabriqués pour servir sur les bateaux, et des appareils de chauffage réchauffaient les pieds dans les carrioles ou le corps entier dans les lits.

4. Image d'un foyer pour fer plat

4. Foyer pour fer plat. Cliquez
sur l’image pour plus
d’informations.


Les concepteurs de poêles répondaient aussi aux besoins d’alimentation en carburant. Pour ce faire, l’une des façons était d’améliorer la circulation d’air et la combustion, ce qui réduisait les exigences globales en matière de carburant. L’autre façon reposait sur la fabrication de foyers qui brûlaient autre chose que du bois, une ressource qui se faisait plus rare dans beaucoup d’endroits, même dans les années 1700. Pour atteindre ce but, des foyers ont été fabriqués pour brûler du charbon et des modèles encore plus polyvalents brûlaient les deux carburants. À la fin des années 1800, quand le gaz devenait accessible à de plus en plus de communautés, on a conçu des poêles qui reposaient sur sa seule combustion, alors que d’autres appareils y recouraient en plus du bois et du charbon. L’avantage de ces derniers était que l’appareil pouvait fonctionner au bois ou au charbon en hiver quand on se réjouissait de l’excès de chaleur produit par ces carburants, et au gaz pendant l’été quand les familles voulaient que leur cuisine demeure fraîche.

5. Image d'une cuisinière à gaz et à charbon

5. Une cuisinière à gaz et à charbon.
Cliquez sur l’image pour plus
d’informations.


Vers la fin du siècle, les manufacturiers de poêles produisaient des catalogues montrant leurs sélections de poêles, lesquels ne se limitaient plus alors à la fonte. On utilisait l’acier pour les rendre plus légers et prolonger leur durée, l’ornementation était faite en nickel et le mica servait pour la vitre de la fenêtre.

Beaucoup de foyers en fonte conçus dans les années 1880 et 1890 ont joui de plusieurs années de popularité en n’étant guère modifiés; toutefois, autour des années 1940, les cuisinières au gaz, en acier émaillé (plus facile à nettoyer), les cuisinières électriques et les autres sources de chauffage comme les fournaises à air pulsé, les chaudières à eau chaude et les plinthes de chauffage électriques ont pris le relais.

6. Image de la boîte de feu pour un système de chauffage à granulés

6. Boîte de feu pour un poêle à
granulés où la tarière est visible.
Cliquez sur l’image pour plus
d’informations.


Dans les années 1970, les foyers en fonte ont connu un regain de popularité en raison de la crise du pétrole de 1973, mais la pollution qu’ils produisaient a suscité beaucoup de critiques et les compagnies d’assurance ont commencé à s’inquiéter pour la sécurité. Ces problèmes, jumelés avec plus de stabilité sur les marchés pétroliers, a ralenti la croissance de l’industrie dans les années 1980, mais la recherche n’a pas cessé. Les nouveaux poêles sont plus efficaces, moins polluants, plus sécuritaires et plus faciles à utiliser. Par exemple, les granulés pour poêles à granulés sont prêts à l’utilisation au moment de l’achat et ils maximisent davantage la combustion propre que les bûches, et ils sont déposés dans une trémie qui contrôle leur transport à la chambre de combustion, ce qui améliore l’efficacité, réduit le travail et diminue les émissions.

Cette galerie de photos offre un bref aperçu des nombreux types de foyers que les fonderies canadiennes ont construits au cours des quelques siècles passés, de même que quelques-uns de leurs ancêtres. Nous espérons que vous apprécierez ce tour d’horizon. Si vous avez des informations à ajouter pour enrichir cette section du site Internet ou si vous souhaitez commenter cet article, veuillez utiliser le formulaire de commentaires.

Galerie Photos

7. Photo d'un système de chauffage en carreaux de céramique très ornés8. Image d'un boîte de poêle de Gurney9. Animation montrant le flux de fumée dans une boîte de poêle de Gurney

10. Image du foyer de combustion sur base Acorn Oak qui brûlaient du bois ou du charbon11. La Beach Foundry Ltd., à Ottawa, a construit ce poêle autour de 193012. Image d'un poêle à granulés


Sources pour cet article

Trois siècles d’innovations dans les poêles à bois

  • Recherche des archives du HVACR Heritage Centre Canada (DCSB #200).
  • S.E. (Samuel Eagle) Forman, Stories of useful inventions (New York: The Century co., 1911).
  • “Stove.” The Columbia Encyclopedia, Sixth Edition. 2008. Encyclopedia.com. (December 10, 2009). http://www.encyclopedia.com/doc/1E1-stove.html.

COLONNE EN ENCADRÉ

  • Recherche des archives du HVACR Heritage Centre Canada.
  • “Stove.” The Columbia Encyclopedia, Sixth Edition. 2008. Encyclopedia.com. (December 10, 2009). http://www.encyclopedia.com/doc/1E1-stove.html.

Les crédits photos

Trois siècles d’innovations dans les poêles à bois

  • Eden Pelletier.
  • Art Irwin.
  • The E. & C. Gurney Co., “Gurney's Standard Stoves, Ranges, &c.” (Toronto: Jas. Murray & Co., 1892), via archives.org.
  • By --Kuerschner (own work, own possession) [Public domain], via Wikimedia Commons.
  • The Burrow, Stewart & Milne Co., Catalogue No. 74, Jewel Gas Stoves and Gas Appliances for Cooking & Heating for Manufactured or Natural Gas (Hamilton, ON: n.p., @1916), via archives.org.
  • By Hustvedt (Own work) [CC-BY-SA-3.0 (www.creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0), via Wikimedia Commons.
  • Stan Shebs, Creative Commons.
  • The E. & C. Gurney Co., Gurney's Standard Stoves, Ranges, &c. (Toronto: Jas. Murray & Co., 1892), via archives.org.
  • Ibid.
  • The James Smart Mfg., Co., Limited., Combined Catalogue and Wholesale Price List of Perfection Stoves, Ranges and Furnaces, Favorite Stoves and Ranges (Brockville, ON: The Recorder Printing Co., Ltd., 1890).
  • From an article by John Sewell, “Vintage stove in good shape,” Toronto Star, December 29, 2007, H8, via http://micromedia.pagesofthepast.ca.ezproxy.torontopubliclibrary.ca/zyPageView.asp.
  • Edgewise, CC-BY-SA-3.0 (www.creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/), via Wikimedia Commons.